Association de Médiateurs Familiaux Chrétiens

Eviter la rupture du lien familial

Comment préserver le lien familial et éviter la rupture?

"Une parole douce apaise la fureur, une parole blessante fait monter la colère" (Proverbes 15 v1)



La médiation familiale est un processus de pacification des conflits familiaux en présence d'un médiateur familial neutre et impartial, dûment formé.
Elle permet de résoudre des questions pratiques devenues des problèmes insolubles faute de communication. Elle s'adresse 

Aux couples mis à mal dans leur communication
Aux parents en instance de séparation ou déjà séparés afin de ne pas rompre le lien parental dans l'intérêt de leurs enfants, 
Aux fratries qui se déchirent à propos de successions ou de  prise en charge de leur vieux parent entré en dépendance
Aux grands parents en rupture avec leurs enfants et qui ne voient plus leurs petits-enfants
A toute famille prise dans un conflit et qui veut trouver des solutions pour en sortir


L' Association des Médiateurs Familiaux Chrétiens (AMFC) est un réseau national de médiateurs familiaux chrétiens qui reconnaissent les valeurs humaines et spirituelles portées par les Evangiles.
Les médiateurs du réseau vous accueillent inconditionnellement quels que soient vos origines, votre condition, votre nationalité, votre âge, votre religion, votre situation de famille et votre histoire.  
Vous serez écoutés et accompagnés avec bienveillance dans la confidentialité la plus totale et dans le respect des principes de la laïcité.

Les ORIGINES du réseau

Le réseau a été crée par deux médiatrices familiales diplômées d'Etat l'une protestante et l'autre catholique à la demande de familles chrétiennes qui recherchaient un accompagnement bienveillant et constructif dans leur séparation conjugale. Ces couples avaient à coeur de préserver leurs enfants du conflit et la volonté de trouver un moyen pour rester impliqués dans leur éducation malgré la rupture.

UA-60209389-1

ANNUAIRE des MEDIATEURS FAMILIAUX CHRETIENS

Les médiateurs familiaux de cette liste sont tous détenteurs du DEMF, (Diplôme d'Etat de Médiateur Familial)
Essonne, Paris, Poitou - Charente, Loire Atlantique, Seine Maritime, Sud Ouest, Rhône-Alpes, Val d'Oise, Yvelines
 


                                                PARIS et ILE DE FRANCE

  •  PARIS 75008

Sabrina de Dinechin
64, rue de Courcelles
sabrina.dedinechin@gmail.com
 01 47 64 15 37

Anne Ramière de Fortanier
anne.ramiere@gmail.com
                         

ESSONNE

  • VERT le PETIT 91710
Armelle Delabre
4, rue du général Leclec
delabrearmelle@gmail.com
06 37 65 67 54


VAL d'OISE

  • L'ISLE ADAM 95290
Sophie Guilhaume
61, rue de la petite plaine
sagmediation@yahoo.fr
01 34 69 54 34 / 06 88 64 57 59


 YVELINES

  • SAINT GERMAIN en LAYE 78100
Clotilde Batiste
25, rue Albert Priolet
clotilde.batiste78@gmail.com
06 95 76 00 58

  • SAINT QUENTIN en YVELINES 78690
Karine Mauguin
kmauguin-mf@numericable.fr
06 70 41 86 26

 LOIRE ATLANTIQUE

  • SAINT NAZAIRE 44600

Véronique Le Ménager
Le Parvis, passage Henri Soulas
vlm_mediations@orange.fr
06 78 75 69 06


 POITOU - CHARENTE

  • Niort 79000

Aline di Meglio
2, rue Don Quichotte
06 83 31 44 96
aline-di-meglio@orange.fr


SEINE MARITIME

  • Le HAVRE 76600
Florence Lecuyer-Le Bras
 115 Bd de Strasbourg
 06 38 05 03 69
flecuyerlebras@gmail.com 

 GIRONDE

  • BORDEAUX 33000

Severine Morain
125 rue Mondenard
06 62 03 13 32
severinemorain@gmail.com  


ADRESSES UTILES

http://www.chretiensdivorces.org/  
Chrétiens Divorcés, Chemins d’Espérance fondé pour « créer, animer, gérer au sein de l’Église Catholique, dans l’esprit de l’Évangile, un cadre d’accueil et de rencontre pour les personnes concernées par le divorce"  

http://www.misericorde-et-verite.fr
Soutien pastoral aux baptisés divorcés engagés ou non dans une nouvelle union




Un réseau de médiateurs familiaux chrétiens à votre écoute









Amoris laetitia, la joie de l’amour

le pape François préconise le recours à la médiation pour accompagner après les ruptures et les divorces
19 mars 2016, exhortation apostolique post-synodale du pape François sur l’amour dans la famille

Accompagner après les ruptures et les divorces

242. Les Pères ont signalé qu’« un discernement particulier est indispensable pour accompagner pastoralement les personnes séparées, divorcées ou abandonnées. La souffrance de ceux qui ont subi injustement la séparation, le divorce ou l’abandon doit être accueillie et mise en valeur, de même que la souffrance de ceux qui ont été contraints de rompre la vie en commun à cause des mauvais traitements de leur conjoint. Le pardon pour l’injustice subie n’est pas facile, mais c’est un chemin que la grâce rend possible. D’où la nécessité d’une pastorale de la réconciliation et de la médiation, notamment à travers des centres d’écoute spécialisés qu’il faut organiser dans les diocèses »

•244 (…) Il sera donc nécessaire de mettre à la disposition des personnes séparées ou des couples en crise, un service d’information, de conseil et de médiation, lié à la pastorale familiale, qui pourra également accueillir les personnes en vue de l’enquête préliminaire au procès matrimonial.

•245. Les Pères synodaux ont aussi souligné « les conséquences de la séparation ou du divorce sur les enfants qui sont, dans tous les cas, les victimes innocentes de cette situation » . Au-delà de toutes les considérations qu’on voudra avancer, ils sont la première préoccupation, qui ne doit être occultée par aucun autre intérêt ou objectif. Je supplie les parents séparés : « il ne faut jamais, jamais, jamais prendre un enfant comme otage ! Vous vous êtes séparés en raison de nombreuses difficultés et motifs, la vie vous a fait vivre cette épreuve, mais que les enfants ne soient pas ceux qui portent le poids de cette séparation, qu’ils ne soient pas utilisés comme otages contre l’autre conjoint, qu’ils grandissent en entendant leur maman dire du bien de leur papa, bien qu’ils ne soient pas ensemble, et que leur papa parle bien de leur maman » . C’est une irresponsabilité de nuire à l’image du père ou de la mère avec l’objectif d’accaparer l’affection de l’enfant, pour se venger ou pour se défendre, car cela affectera la vie intérieure de cet enfant et provoquera des blessures difficiles à guérir.